Le Parti Socialiste des Landes.

«En pleine période d’une pénurie d’enseignants consécutive aux milliers de suppressions de postes décidés par le gouvernement, la droite landaise, sans doute par esprit de solidarité avec ses ministres et parlementaires, fait le choix de la régression du service public d’éducation.
En effet, la ville de Mimizan qui vient de décider la fermeture de l’école Bel Air suit l’exemple de la préfecture montoise qui a fermé l’école du Manot à la rentrée 2010.
La ville de Mimizan anticipe même les demandes de l’Education Nationale et ferme un groupe scolaire de 4 classes avec 90 enfants sans en avoir informé l’Inspection Académique ni le Conseil municipal, et en demandant aux enseignants de cette même école de leur donner les solutions pour la répartition des enfants entre les autres groupes scolaires.
Ainsi, alors que de nombreuses familles subissent aujourd’hui dans les Landes, les conséquences du manque de postes de remplaçants, les élus UMP-Modem landais montrent leur soutien a cette politique de casse, en fermant des écoles.
Le Parti Socialiste dénonce ces choix qui pénalisent les élèves, déstabilisent les familles et méprisent l’avenir. Il propose un nouveau pacte éducatif où l’école redeviendra enfin la priorité de la Nation.»