L'équipe d'En Marche en Hautes-Pyrénées est prête pour ce second tour de l'élection Présidentielle (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).
L’équipe d’En Marche en Hautes-Pyrénées est prête pour ce second tour de l’élection Présidentielle (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

La prochaine bataille électorale sera celle des élections législatives de juin prochain. Une campagne où les candidats seront prochainement officialisés. Comme sur la 1re circonscription (actuellement détenue par Jean Glavany) où Jean-Bernard Sempastous pourrait être le candidat d’En Marche, selon nos informations.

En attendant, il reste pour le mouvement d’Emmanuel Macron à franchir l’étape du second tour de la Présidentielle. « Chaque vote blanc amène des voix, en pourcentage, à Marine Le Pen », rappelle Frédéric Laval, le référent départemental d’En Marche en Hautes-Pyrénées. « J’incite les électeurs à réfléchir sur leur vote pour le 2d tour ».

Pour l’élu départemental, le programme de Marine Le Pen est « une catastrophe pour le pays. Le vote Le Pen, c’est la sortie de l’euro en priorité. C’est 20 à 40 % de baisse de l’épargne pour tous les Français ; et en plus, c’est 1 500 euros de perte de pouvoir d’achat chaque année. C’est aussi 100 milliards d’euros de dépenses non financées, et des difficultés financières et administratives pour nos entreprises qui voudront exporter. »

En face, Frédéric Laval égraine le programme de son candidat, Emmanuel Macron. A commencer par le « renouvellement du système politique avec des visages politiques et des pratiques politiques nouvelles, mais aussi l’interdiction aux parlementaires d’embaucher des proches et de faire du conseil. » C’est aussi « donner plus à ceux qui ont moins avec la réduction des effectifs de moitié dans les écoles des quartiers en difficulté, rehausser le numerus clausus, la multiplication par deux des maisons de santé sur le territoire… » Autant de gages données aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon parmi les points développés par le candidat depuis le début de la campagne officielle.




Emmanuel Macron veut également 50 milliards d’euros d’investissement dans l’économie nationale, dont 15 milliards pour la transition énergétique, la suppression de la taxe d’habitation pour 80% de la population ou encore 10 000 policiers en plus.

Reste désormais à convaincre les indécis pour ce second tour, mais aussi pour les élections législatives de juin prochain. En attendant, c’est au Funky Bar à Tarbes que les Marcheurs se donneront rendez-vous ce dimanche soir pour attendre le verdict des urnes dès 20 heures !

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.