Le président du Parc National des Pyrénées André Berdou, aux côtés du maire d'Accous et nouvel administrateur Eric Bergez.

Le cinquième conseil d’administration de l’année 2010 du Parc national des Pyrénées s’est réuni mardi 16 novembre à Tarbes. Après un hommage à Pierre Coste, ancien administrateur du parc décédé le 10 octobre dernier, le conseil a accueilli Eric Bergez, nouveau maire d’Accous qui succède à Jean-Pierre Casaux. Ensuite, la discussion a porté sur l’avant-projet de la charte, remis aux administrateurs lors du précédent conseil d’administration. « Le conseil d’administration est en phase avec son contenu », souligne André Berdou, président du Parc national des Pyrénées. « Il y a eu des remarques plus sur la forme que sur le fond. Avec, notamment, des enjeux à préciser, des listes à amender, des cartes à compléter, etc. On est sur du détail et une démarche consensuelle, soulignée par le préfet des Hautes-Pyrénées ». Le conseil d’administration validera l’avant-projet de charte définitif le 18 janvier 2011. Le document sera rendu public à ce moment là.

Dans le cadre de la réduction générale des politiques publiques (RGPP),  le budget 2011 du parc national est en diminution. Le fonctionnement courant subit une baisse de 6%. L’établissement perd deux postes d’agents sur les 86 actuels. En revanche, les crédits d’intervention du parc :  aides aux prairies fleuries et les crédits dans le cadre de la Convention  Interrégionale de massif des Pyrénées (CIMP) ne sont pas affectés. Ces derniers sont maintenus à hauteur de 500000 euros.

En investissement, un seul projet a été inscrit au budget 2011. Il s’agit de celui du Pourtalet en vallée d’Ossau, avec le projet d’aménagement de l’ancienne douane en lieu d’informations, sur le Parc national des Pyrénées, et le pastoralisme. Ce projet est subventionné à hauteur de 400 000 euros. La consultation est en cours.

Par ailleurs, le Parc national des Pyrénées a signé une convention avec l’Office national des Forêts (ONF). Elle définit les mécanismes qui permettront aux deux établissements d’être plus réactifs, notamment dans le cadre d’interventions en zone coeur du parc : coupes de bois, travaux…