Tarbes | Six heures de perquisitions à la Mairie de Tarbes


[TARBES] Perquisitions à la Mairie de Tarbes… par pyreneesinfotv

Les gendarmes ont passé six heures dans les différents bureaux de la Mairie de Tarbes pour leur perquisition (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Les gendarmes ont passé six heures dans les différents bureaux de la Mairie de Tarbes pour leur perquisition (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Durant six heures, les enquêteurs de la brigade financière, sous l’autorité de la juge d’instruction de Pau, a procédé à des perquisitions dans les bureaux de la Mairie de Tarbes. C’est la suite de l’information judiciaire ouverte contre X, visant d’éventuels actes de favoritisme en faveur d’entreprises locales, en septembre dernier. A l’époque, le maire de Tarbes, Gérard Trémège, parlait d’un complot le visant.

Durant de longues heures, les employés municipaux de Tarbes ont du ouvrir placards et dossiers pour permettre aux enquêteurs de faire leur travail. Les services Commerce et Urbanisme ont notamment fait l’objet d’une attention de la part des gendarmes présents autour de la juge d’instruction. Au total, une dizaine d’hommes sont arrivés vers 14h30 ce mercredi 18 décembre 2013, dans les bureaux de l’Hôtel de Ville, vite rejoints par le Maire de Tarbes, Gérard Trémège. Jusqu’à 21h30, le maire de Tarbes est apparu détendu par la grande fenêtre de son bureau où deux enquêteurs sont restés continuellement à ses côtés, tandis que les services étaient visités.

A l’issue des six heures de perquisitions, et après le départ des enquêteurs avec de nombreux dossiers dans leurs bagages, le maire de Tarbes s’est déclaré serein. « J’avais annoncé dès le mois d ‘avril 2013 que, en vertu de calomnies qui circulaient, je ne manquerai pas d’être attaqué avant les élections municipales. Je l’ai confirmé en septembre. Il se trouve qu’il y a une enquête diligentée contre X, et aujourd’hui le juge d’instruction est venu pour procéder à l’examen et à la saisie de documents qui permettront de démontrer que dans cette maison, tout se passe normalement, dans tous les services. Je remercie tous les collaborateurs qui ont été entendus. Ils contribuent ainsi à la démonstration de la vérité. Ici, tout est normal. Il y a à Tarbes un maire normal, qui se comporte normalement, dans le respect de ses concitoyens, dans l’honnêteté et l’intégrité. »

Quelques minutes plus tard, dans un communiqué de presse, Gérard Trémège ajoutait : « J’attends avec sérénité et confiance que la justice de mon pays parvienne à la manifestation de la vérité qui démontrera mon intégrité pleine et entière. Je tiens à affirmer aux Tarbaises et aux Tarbais d’abord, à mes proches et à ma famille ensuite, que je n’ai rien à me reprocher (…). C’est vers vous, mes chères Tarbaises et mes chers Tarbais, que je me tourne pour vous exprimer ma gratitude pour la confiance que vous m’avez témoignée durant toutes ces années. Je peux vous certifier qu’elle est justifiée ».

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Ajouter un commentaire