Le Front de gauche des Hautes-Pyrénées nous prie d’insérer. «Les résultats du 1er tour des élections régionales constituent un coup de semonce contre la droite au pouvoir. Ils placent la gauche en situation de remporter très largement le scrutin de dimanche. De plus la bonne tenue du Front de gauche nationalement comme localement interdit désormais toute alliance du PS avec le Modem. Dans ce cadre l’accord régional conclu lundi 15 mars entre les listes Malvy, Onesta et Picquet doit créer les conditions d’une dynamique populaire que nous appelons de tous nos voeux. Le front de gauche 65 constitué lors des européennes de juin 2009 vient de réaliser lors de ces régionales son deuxième score à deux chiffres en deux élections. Avec un résultat de 10,40% et 8908 voix (soit 314 voix de mieux par rapport aux européennes), il s’ancre dans le paysage haut-pyrénéen comme une force qui compte, et vient s’inscrire dans la durée.

Nous ne pouvons que nous en féliciter, appeler à son élargissement et son renforcement, dès maintenant dans les mobilisations sociales et la riposte à la droite, puis demain dans la perspective des cantonales de 2011. En effet, les exigences que nous avons développées pendant la campagne (aides publiques à l’emploi et l’agriculture, conditionnées aux politiques menées dans ces domaines en matière sociale et environnementale ; défense et développement des services publics dans le maillage territorial ; construction d’une véritable démocratie locale avec des élus qui s’engagent à rendre compte de leur action auprès des citoyens et de les impliquer dans celle-ci…) constituent autant de points qui structurent une véritable politique de gauche en rupture avec les logiques libérales.

S’appuyant sur les mobilisations sociales et citoyennes, les élus Front de gauche de la future majorité régionale continueront à les porter dans l’institution jusqu’à en faire des points incontournables de la politique du Conseil régional de Midi Pyrénées. Alors que l’abstention a franchi dimanche 14 mars un nouveau palier, il est urgent de construire des projets politiques portés par des majorités politiques, qui donnent envie de transformer ces succès régionaux en victoire nationale.

Il est aussi urgent de s’employer sans compter pour donner suite au rassemblement et dialogue de la gauche politique avec le monde du travail et de la création, avec le mouvement social et associatif, avec cette société civile riche de toutes ses citoyennes et de tous ses citoyens. Face aux réformes qui s’annoncent sur les retraites, sur les collectivités, ce lien que nous aurons ainsi renoué sera essentiel pour que continue à vivre et s’exprimer une solidarité !

Dimanche 21 mars, il faut battre la droite de Sarkozy, Barège et Trémége. Il faut que la victoire de la gauche soit claire et porte loin ; il nous faut rendre l’espoir à toutes celles et ceux qui souhaitent un changement profond de notre société. Alors soutenons, votons et faisons voter pour la gauche rassemblée.»